Vélo avec ou sans assistance électrique : quelle assurance choisir

Une question ?

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Véhicule

Actualités
Vélo classique, à assistance électrique ou

Vélo classique, à assistance électrique ou speedbike : Quelle assurance choisir ?

Parce qu’elle correspond à l’air du temps, mais aussi parce qu’elle participe pleinement à son amélioration au quotidien, la « bonne vieille » bicyclette s’offre aujourd’hui une seconde jeunesse.

Notamment en ville, où les Français sont de plus en plus nombreux à la privilégier pour son côté pratique, économique, écologique ou encore physique.

Évidemment, la démocratisation des vélos électriques y est pour beaucoup dans l’avènement de ce nouvel âge d’or du deux-roues à pédales. À la fois plus performants, mieux réglementés et moins chers qu’il y a quelques années, les derniers modèles de vélo à assistance électrique (VAE) séduisent toujours plus de citadins. Toutefois, tous les cyclistes avertis le savent : le vélo est un moyen de transport plus risqué que d’autres.

Si son utilisation ne requiert pas l’obligation légale de souscrire une assurance (sauf pour les « speedbikes »), on ne peut que fortement la préconiser tant elle s’impose comme une évidence pour vous prémunir de tous les dangers encourus sur la voie publique. À l’image des solutions distillées par notre partenaire Monassurancevelo, aussi accessibles financièrement que robustes en termes de protection. Pour vous orienter rapidement vers l’assurance vélo qui convient autant au type de deux-roues que vous possédez qu’à l’usage que vous en faites, Banque Casino met ici un bon coup de pédale afin de faire le tour de la question.

Ce qui change selon les catégories de vélo

Pour mieux maîtriser le sujet, la première chose à bien définir est ce que l’on entend par vélo à assistance électrique (VAE). Dans leur grande majorité, les VAE disposent des mêmes caractéristiques que les vélos classiques, sauf qu’ils possèdent en plus un petit moteur à batterie électrique facilitant le pédalage de l’usager. Pour être homologué dans la catégorie des VAE, un vélo électrique doit avoir une puissance limitée à 250 W, un moteur s’activant uniquement par le pédalage et une assistance électrique qui se coupe automatiquement dès que votre deux-roues atteint les 25 km/h.

Au-delà de ces limites de puissance et de vitesse, on parle alors de vélo électrique rapide ou de « speed bike ». Celui-ci étant capable de vous propulser à 45 km/h, il intègre la catégorie supérieure des cyclomoteurs. Une classification qui implique des obligations supplémentaires pour ses usagers : souscrire a minima une assurance au tiers (la même qu’une moto ou un scooter), immatriculer le vélo, disposer d’une carte grise, porter un casque… Sans oublier le fait que les pistes cyclables vous seront désormais interdites.

Point important : vérifiez toujours que le vélo à assistance électrique que vous achetez, en magasin et surtout sur le web, soit bien homologué. Car s’il ne l’est pas, vous ne pourrez ni l’assurer ni en faire usage sur la voie publique. Sur le territoire français, c’est l’homologation de votre véhicule qui vous confère le droit de circuler avec sur les routes et les pistes cyclables. De plus, au guidon d’un vélo électrique homologué, vous êtes certain que ses équipements sont parfaitement conformes aux normes légales et à leurs exigences en matière de sécurité.

Pourquoi souscrire une assurance vélo ?

Avec l’amélioration continue des conditions de circulation des cyclistes en milieu urbain, notamment grâce au développement des pistes cyclables dans la plupart des villes, le vélo s’impose clairement aujourd’hui comme l’un des moyens de transport les plus efficaces pour les déplacements des citadins. Pour s’en convaincre, d’ailleurs, il suffit de faire un essai durant les heures de pointe : se voir gagner du temps tout en déambulant à l’air libre, ça donne souvent envie de recommencer.

Du point de vue des assurances comme sur le plan réglementaire, le vélo à assistance électrique est considéré de la même manière qu’un vélo ordinaire. De ce fait, il n’a pas l’obligation légale d’être assuré et seule la responsabilité civile, une garantie généralement comprise dans votre assurance habitation, demeure indispensable pour couvrir les dommages corporels et matériels causés à un tiers.

Cependant, la garantie en responsabilité civile n’offre aucune indemnité concernant les dommages que vous pourriez subir, vous ou votre vélo. Et au regard du nombre élevé de vols (plus de 400 000), d’accidents (près de 5 000) et d’actes de vandalisme impliquant chaque année des vélos dans l’Hexagone, il semble plus que jamais essentiel de prendre toutes les précautions nécessaires avant d’enfourcher votre selle. Lorsqu’on vient d’investir dans un deux-roues électrique, dont le prix moyen se situe aux alentours de 1 500€, mieux vaut s’assurer d’être couvert en tous lieux, à toute heure et en toutes circonstances.

Monassurancevelo : Soyez sûr que ça roule pour vous !

Grâce à notre partenaire Monassurancevelo, spécialisé dans la protection des cyclistes réguliers ou occasionnels, s’offrir les services d’une assurance dédiée au vélo n’a jamais été aussi simple et rapide, surtout pour un tel rapport qualité/prix ! À partir de seulement 3€ par mois, que vous choisissiez l’assurance de vélo classique (pour VTT, VTC, vélo urbain, de route et de course) ou celle destinée à protéger votre VAE homologué, vous profitez d’une couverture optimale en cas de vol, de casse ou de vandalisme. Une armure protectrice valable dans le monde entier, à condition d’être domicilié en France. Cerise sur le gâteau et véritable exclusivité sur le marché : aucune franchise ni décote pour vétusté n’est appliquée lors des 12 mois suivant votre souscription à l’assurance des vélos à assistance électrique. Autrement dit, en cas de sinistre durant cette période, vous bénéficierez d’une indemnisation à 100% !

Entièrement digitalisée, la souscription aux solutions proposées par Monassurancevelo s’opère à tout moment et en quelques clics, tandis que vous n’avez aucun document à envoyer. Pour obtenir votre tarif, sélectionnez juste votre matériel et saisissez le montant du vélo. Ensuite, pour finaliser votre demande, indiquez vos coordonnées et procédez au paiement. Vous recevrez alors un email de confirmation pour activer votre assurance. Puis, dans les minutes qui suivent votre adhésion, l’attestation d’assurance vous sera également envoyée sur votre adresse mail.

Ultra rapide dans son mode d’adhésion, Monassurancevelo l’est aussi dans son processus d’indemnisation. Fort d’un service d’intervention disponible 24h/24 et 7j/7, notre partenaire assureur vous permet de déclarer votre sinistre en ligne n’importe où et n’importe quand. Résultat, votre demande d’indemnisation est prise en charge aussitôt et le règlement intervient dans les 48 heures suivant la réception du dossier complet. De quoi satisfaire plus de 8 clients sur 10, qui n’hésiteraient pas à recommander les services de Monassurancevelo à leurs proches. Et vous, qu’attendez-vous pour pédaler 100% rassuré ?

Les articles qui peuvent vous intéresser

Vivez sereinement la révolution électrique de la mobilité urbaine
Vacances 2020 en camping-car : La liberté retrouvée !
Relance de l'automobile :  un très bon plan pour passer à l'hybride